Aller au contenu

Le Plan Départemental d'Action pour le Logement des Personnes Défavorisées



La coordination du PDALPD en Côtes d'Armor

 

Animation du Plan PDALPD

à l'ADIL 22
3 bis allée Marie Le Vaillant
22 000 Saint-Brieuc
tél: 02 96 61 94 37
Ouvre une fenêtre d'envoi de courrier électroniqueContactez-nous : ici

Problèmes de logement? Des réponses existent...

Le droit au logement opposable (loi du 5 mars 2007) a mis au cœur de l’actualité les difficultés des personnes et des familles pour rechercher un logement correspondant à leurs besoins et à leurs capacités financières.

Le problème des expulsions montre également qu’il est difficile de rester et de se maintenir dans un logement (faibles budgets, hausse des loyers, coût élevé du chauffage, surendettement...).

Les plus exclus de la société, par de très faibles ressources et des parcours difficiles comme des vies de famille perturbées, des souffrances psychiques sont les premiers concernés et forment les marginaux, les errants, les sans domicile fixe.

Les  communes les plus importantes et de nombreuses associations ont mis en place, avec l’aide de l’Etat, des lieux d’hébergement ponctuels ou durables, des lieux d’accueil de jour pour se doucher, faire des démarches, manger.

Les réseaux fonctionnent entre professionnels pour orienter vers les soins, vers la formation et l’emploi, vers le logement autonome. Reste la liberté de chaque être humain à construire sa vie et à accepter ou refuser les démarches que les travailleurs sociaux, les médecins leur proposent.

Si on parle tant du droit au logement c’est qu’aujourd’hui de nombreux ménages en situation de travail rencontrent également des difficultés pour se loger. Le rapport 2008 sur la mal-logement de la Fondation Abbé Pierre explique que le budget que consacre les français pour se loger ne cesse d’augmenter pour atteindre un quart de leur consommation de biens et services en 2006. « L’augmentation des loyers et la baisse du pouvoir solvabilisateur des aides au logement constitue un cocktail détonant ».

Les salariés percevant le Smic sont en forte hausse (8,6 % en 1991 et 15,1 % en 2006), sans compter les situations de travail à temps partiel ou précaires. Ces ménages constatent que leurs revenus ne sont pas considérés comme suffisants pour louer un logement ou ne leur permettent pas de payer l’ensemble de leurs charges. La nécessité de produire des logements n’a jamais été aussi forte. Si la construction a repris, elle est axée sur les populations intermédiaires ou aux revenus élevés.

L’étude de décembre 2010 sur le marché locatif réalisée par l’Agence Départementale d’Information sur le Logement constate « qu’il n’y a pas d’adéquation systématique entre l’offre et la demande, que ce soit en type de logement ou en niveaux de prix.

Le parc social aux loyers accessibles, produits par les communes, les organismes Hlm et les propriétaires privés, doit croitre en quantité, 500 000 sur les 800 000 manquants selon la Fondation Abbé Pierre. Les efforts de construction selon les principes du développement durable et des économies de chauffage doivent porter également sur ce parc.Ces orientations sont pour le futur mais dés maintenant comment apporter des réponses aux personnes et aux familles qui sont sans logement, en logement vétuste ou trop petit ou qui ne peuvent plus payer leurs loyers ou la facture d’énergie ?

De multiples réponses existent comme le Fonds de Solidarité pour le Logement, le pôle de lutte contre l’habitat indigne, la commission de médiation et doivent permettre de répondre au cas par cas à toute situation.
Elles sont coordonnées entre les services de l’Etat et du Conseil général dans le cadre du Plan Départemental d’Action pour le Logement des Personnes Défavorisées que la loi a prévu dans chaque département.

Les portes d’entrée pour connaitre ces solutions sont diverses également, l’important est de ne pas baisser les bras, car au plus tôt on réagit et recherche de l’aide, au plus il est facile de trouver les voies d’amélioration de la situation. Si le premier contact n’est pas le bon, il faut rechercher un autre interlocuteur.

Les personnes concernées peuvent se renseigner:

  • auprès de Conseil Départemental Infos Services
    en téléphonant du lundi au vendredi de 8 h à 19 h
     N°Azur 0810 810 222 (prix d’une communication locale depuis un poste fixe)
    ou consultant le site internet www.cotesdarmor.fr.
    Ce service pourra répondre sur ces interventions ou orienter vers les démarches utiles.
  • L’ADIL 22 - L'Agence Départementale d’Information sur le Logement des Côtes d'Armor
    tél: 02 96 61 50 46 peut également, par téléphone ou rendez-vous sur ses lieux de permanence, apporter des conseils juridiques et informer sur les droits et sur les structures et services compétents.

    Le Préfet et le Président du Conseil Départemental lui ont confié une mission d’animation et de coordination du Plan Départemental d’Action pour le Logement des Personnes Défavorisées des Côtes d’Armor.
Retour en haut de page